Les équipes MEGA Dental se mobilisent pour continuer à vous apporter le meilleur service possible et restent à votre disposition pour répondre à vos questions. Nous maintenons un service permanent via le télétravail et/ou une rotation des équipes. Tous nos services sont opérationnels et vos conseillers sont joignables sur leur ligne directe.

Tout savoir sur les lampes de photopolymérisation

Timer 2 min

Tout savoir sur les lampes de photopolymérisation

Parmi les révolutions majeures du domaine dentaire des dernières décennies, impossible de ne pas citer la photopolymérisation. De nombreux biomatériaux dentaires sont aujourd’hui photopolymérisables. Quels sont les principaux avantages de cette technique ? Quels sont les facteurs susceptibles de l’influencer ? Et enfin comment bien choisir sa lampe de photopolymérisation ? On vous dit tout.

Catégories

La polymérisation, explications

Commençons par revenir sur la polymérisation. Il s’agit d’une réaction dans laquelle des unités monomères se rejoignent par des liaisons chimiques. L’enjeu : former des molécules de poids moléculaire élevé appelées polymères.

Les matériaux comportent des systèmes de polymérisation. Ainsi, ils peuvent être :
• Photopolymérisables,
• Chémopolymérisables,
• Duals - les deux modes de polymérisation peuvent alors être utilisés conjointement

La photopolymérisation et ses avantages :

De nombreux biomatériaux dentaires sont photopolymérisables et leur polymérisation est causée par des faisceaux de photons d'une certaine longueur d'onde. Ces derniers vont agir sur l’un des composants du matériau, nommé le photo-amorceur, qui se transformera en radical libre capable d’amorcer la polymérisation.

La photopolymérisation offre un précieux gain de temps au praticien, ainsi que la possibilité d’apporter plusieurs couches de matériaux aux teintes et opacités variées. En somme, elle permet aux chirurgiens-dentistes d'effectuer des restaurations non seulement fonctionnelles, mais aussi esthétiques.

Les paramètres qui influencent la photopolymérisation

La bonne conversion des monomères en polymères dépend de deux critères :
• la nature et l’énergie du rayonnement photonique émis
• la nature chimique et la structure de la résine composite

L’efficacité du photo-amorçage tient quant à elle à la performance propre à chaque étape :
• la fraction de la lumière incidente absorbée par le photo-amorceur
• le temps d’irradiation
• la température d’irradiance
• la fraction des radicaux amorçant la réaction

Nos conseils pour une photopolymérisation réussie :
• La gamme de fréquences émise par la source lumineuse doit couvrir la bande d'absorption de divers photoinitiateurs situés à 468-470 nm
• La photopolymérisation du composite doit s’effectuer couche par couche. Chaque couche aura une épaisseur maximale de 2 mm, profondeur au-delà de laquelle les chances de conversion diminuent. En effet, la profondeur de polymérisation est une fonction logarithmique liée à l'intensité lumineuse et au temps d'exposition. Elle dépend également de la puissance inverse de la distance entre la pointe de la fibre et la surface du matériau photopolymérisable. Par ailleurs, l'absorbance du composite peut évoluer en fonction du type de charges et de la couleur

Bien choisir sa lampe de photopolymérisation

La lampe de photopolymérisation est un instrument indispensable à chaque étape du protocole de restauration clinique. Des lampes halogènes de faible puissance aux lampes LED troisième génération, les praticiens disposent de nombreuses solutions techniques adaptées à leurs exigences. Aujourd'hui, les lampes de photopolymérisation doivent répondre à des normes de performance, de sécurité biologique et de confort d'utilisation.

Faisons le point sur la combinaison des fonctionnalités à privilégier :
• Générer des spectres adaptés pour initier la polymérisation de tous les matériaux photopolymérisables disponibles sur le marché, en sachant que l'intensité du spectre dépend de l'irradiance et de la longueur d'onde
• Préserver les tissus mous, et en particulier la pulpe dentaire. En effet, malgré la faible conductivité thermique de la dentine, une augmentation de la chaleur peut être observée dans les organes dentaires lors de la photopolymérisation. Lorsque la température dépasse 42,5°C, cela peut causer des dommages irréversibles qui doivent impérativement être évités
• Offrir une flexibilité d’emploi grâce à divers programmes. Il est d’ailleurs important d’utiliser une lampe avec un temps d'irradiation ajustables en fonction des étapes cliniques - la stratification, le collage indirect -, et dotée d’une puissance qui puisse également être ajustée en fonction du matériau utilisé
• Produire le moins de bruit possible
• Être facilement maniable. De par leur légèreté et leur ergonomie, les lampes doivent désormais offrir une manipulation aisée et une excellente visibilité du champ opératoire, quelle que soit la situation clinique. Le critère le plus important dans ce cadre est de savoir si la lampe dispose ou non de la fibre optique
• Être facile à nettoyer et à stériliser
• Être sans fil dans l’idéal, pour éviter d’être encombré

L’achat d’une lampe de photopolymérisation représente un certain coût. Mieux vaut opter pour une marque de confiance qui garantira sa fiabilité, avec un service après-vente de qualité. Attention aux lampes peu onéreuses disponibles sur le marché ! Ces offres semblent très attractives, mais elles sont en réalité dépourvues de garantie de durabilité. Elles pourraient en outre altérer la qualité de vos restaurations directes ou indirectes.

Pour vous équiper en toute sécurité, MEGA Dental vous propose une large variété de lampes de photopolymérisation de qualité, cliqez ici pour découvrir nos produits.